Image du diaporama : Territoire 01
Vous êtes actuellement dans l'arboresence suivante :
La famille Hertz pose devant la porte d'entrée de l'ancienne église du Saint-Sépulcre, cliché anonyme début du XIXème, fonds de la photothèque des musées d'Annecy

La famille Hertz pose devant la porte d'entrée de l'ancienne église du Saint-Sépulcre, cliché anonyme début du XIXème

Conditions d'utilisation : Si vous souhaitez utiliser cette photo, merci de contacter les Musées d'Annecy.

Le prieuré du Saint Sépulcre d'Annecy, fondé en 1348, est une maison religieuse à vocation hospitalière installée en dehors des murs d'Annecy sur l'ancienne route menant à Chambéry, aujourd'hui Avenue de Loverchy.

En 1793, les bâtiments réquisitionnés au titre des Biens Nationaux sont vendus : le bâtiment de l'hôpital devient une manufacture de coton, puis en 1865 la caserne Balleydier et en 1929 une école.

L'église est transformée en atelier de poterie qui reste en activité jusqu'en 1963, date à laquelle le dernier potier Yves Rybezynski et sa femme Suzanne Legrand partent pour Saint-Jorioz. Ils avaient pris la suite en 1952 de Roger Grand, successeur de François Hertz petit-fils du potier Joseph Hertz implanté depuis 1861, lui-même petit-fils du potier Christin-Frédéric Zaberer officiant dans le quartier depuis 1808.

L'atelier est détruit en 1966 et laisse place à un gymnase dans l'actuel Lycée Gabriel Fauré. Très séduisante et expressive par ses couleurs et ses décors, la céramique du Saint-Sépulcre privilégie le jaune et l'ocre comme couleur de fond. Chaque atelier savoyard de terre vernissée a dans son répertoire de motifs un oiseau. Dans celui du Saint-Sépulcre, l'oiseau est représenté de côté en position statique, la tête à gauche sur un corps triangulaire prolongé d'une longue queue et perché sur deux pattes graciles. L'oiseau est de couleur ocre, rouge ou brun, doté d'aile, bec et œil verts. La majorité des pièces est anonyme ; la marque de fabrique se déduit souvent des couleurs et de la diversité de répertoire morphologique. Le motif central est souvent le dessin principal et caractérise l'atelier.

Source : De la rose à l'oiseau, productions céramiques annéciennes fin XVIIIe-début XIXe siècle, culture 74 archéologie N°2.