Image du diaporama : Territoire 01
Vous êtes actuellement dans l'arboresence suivante :
Répétition de Sainte Jeanne avec Catherine Sauvage (à genoux) dans la cour du château dans le cadre des Nuits Théâtrales de 1956, cliché Maurice Littoz-Baritel, fonds de la photothèque des musées d'Annecy.

Répétition de Sainte Jeanne avec Catherine Sauvage dans la cour du château dans le cadre des Nuits Théâtrales, 1956

Conditions d'utilisation : Si vous souhaitez utiliser cette photo, merci de contacter les Musées d'Annecy.

Après le succès d'Hamlet d'août 54, Gabriel Monnet décide de reprendre le spectacle de 55 ; mais il veut corser l'expérience en créant, aux côtés de la tragédie de Shakespeare, un grand spectacle comique.

Il propose de monter Ubu-Roi. Devant la menace d'un veto municipal, un questionnaire est envoyé à des personnalités auxquelles il est demandé d'apporter leur caution au choix de Monnet. Jean Vilar, Jean Dasté, Albert Camus, Roland Barthes, Claude Roy, Albert Béguin, Michel Vinaver, envoient leurs réponses et font pencher la balance. Le spectacle est monté mais provoque un tollé dans la presse locale. Au stage de l'été 56, Monnet monte la « Sainte Jeanne » de Bernard Shaw, avec Catherine Sauvage ; les participants du stage d'art plastique, associé au stage d'art dramatique, sont mobilisés pour la création des costumes de Sainte Jeanne ; un tout petit groupe commence le travail sur les costumes destinés à la pièce que Vinaver vient d'écrire pour Monnet : « Les Coréens », et inscrite au programme d'activités pour l'année 56/57. Mais le 8 juin 57, le directeur général de la jeunesse et des Sports fait connaître à Monnet sa décision d'interdire cette pièce au stage prévu à Serre-Ponçon car « incompatible avec les buts poursuivis par l'éducation populaire ». Le stage terminé, Gabriel Monnet quitte son poste d'instructeur national, et rejoint Jean Dasté à Saint-Etienne.

Avec le départ d'Annecy de Gabriel Monnet, « Sainte Jeanne » sera le dernier spectacle des nuits théâtrales.

Source : Extraits de « Écrits sur le théâtre » de Michel Vinaver.