Image du diaporama : Territoire 01
Vous êtes actuellement dans l'arboresence suivante :

Les mines d'Entrevernes, cliché d'Henri Odesser avril 1946, fonds de la photothèque des musées d'Annecy

Les mines d'Entrevernes, cliché d'Henri Odesser avril 1946, fonds de la photothèque des musées d'Annecy

Les mines d'Entrevernes, cliché d'Henri Odesser avril 1946

Conditions d'utilisation : Si vous souhaitez utiliser cette photo, merci de contacter les Musées d'Annecy.

La commune d'Entrevernes occupe la vallée située entre deux crêtes parallèles ente le roc de Boeufs (1744m) et le Taillefer (1651m) à l'aval du col de la Cochette.

Un affleurement de lignite (appelé aussi charbon de secours) est découvert en avril 1794 par des paysans, à la suite d'un glissement de terrain au lieu-dit les Molières, et semble avoir un certain potentiel. Après estimation, il s'avère que le gisement s'étend sur 12 km et affleure à plusieurs endroits sur une faible épaisseur. La mine est rapidement exploitée pour les besoins militaires.

L'industriel annécien Jean Alexis Collomb et ses associés dont son gendre François Ruphy, obtient en mai 1795 la concession pour cinquante ans, créant ainsi la Société des Mines d’Entrevernes et permet d'alimenter les fabriques de la ville d'Annecy.

Jusqu'en 1812, une quarantaine d'ouvriers est employée, produisant environ 500 tonnes de charbon annuellement. À partir de 1819, la production annuelle double à 1 000 tonnes jusqu'en 1880. La production est descendue par traîneaux puis par chariots sur un chemin en direction du village de Lathuile. Elle est ensuite embarquée sur des bateaux à voile en direction de la ville d'Annecy. La mine reste en activité jusqu'aux alentours de 1928.

La mine est relancée de 1941 à 1948 pour alimenter les fours à gaz des industries (forges de Cran) et pour le chauffage des habitations. La mine est définitivement fermée en 1948.