Image du diaporama : Territoire 01
Vous êtes actuellement dans l'arboresence suivante :
Vue aérienne de la fonderie Paccard à Annecy-le-Vieux, cliché Alain Gérard, fonds de la photothèque des musées d'Annecy

Vue aérienne de la fonderie Paccard à Annecy-le-Vieux, cliché Alain Gérard

Conditions d'utilisation : Si vous souhaitez utiliser cette photo, merci de contacter les Musées d'Annecy.

Dans les années 1910, la 4e génération Joseph et Louis Paccard prend la direction de l'entreprise.

L'exportation est alors considérablement développée, en particulier vers le Canada français et les colonies. Ils exportent des cloches mais aussi leurs équipements voire des installations complètes, jusqu'en Mandchourie. La célèbre « Jeanne d'Arc » commandée et coulée en 1914, n'est livrée qu'en 1920. Elle quitte la fonderie d'Annecy-le-Vieux mais devant l'école des Tilleuls, une roue du chariot se prend dans les rails du tramway Annecy-Thônes ; elle est renversée. Elle finira tout de même par arriver à Rouen.

La fonderie ne fonctionne pas pendant la Seconde guerre mondiale. Les cloches fêlées sont enterrées pour les soustraire à une éventuelle réquisition pour être fondues. Mais l'après-guerre est une période faste : il faut remplacer les cloches détruites pendant les bombardements ou saisies par l'occupant. Cette période est aussi celle des carillons et de leur automatisation, puis des cadrans. Commencée avant-guerre, l'électrification des clochers se poursuit dès la Libération. Dans un premier temps, la fonderie travaille avec un constructeur parisien, puis dans les années 1957/58, elle fabrique elle-même ses équipements et dépose un brevet en horlogerie. En 1950, le gouvernement des États-Unis commande à la fonderie Paccard 54 répliques de la fameuse cloche « Liberty Bell » de 1776. En décembre 1987, 130 ans après son installation, la fonderie et son musée de la cloche créé en 1984 par Françoise Augier, l'épouse de Pierre Paccard (6e génération) s'installent à Sevrier, au bord du lac d'Annecy.

Source : « Paccard, un nom qui sonne de Pierre Paccard », Les cahiers des mardis du Vieil Annecy n°52, 15 avril 2014.