Image du diaporama : Territoire 01
Vous êtes actuellement dans l'arboresence suivante :
L'entreprise Métrix chemin de la Croix Rouge, cliché Maurice Littoz-Baritel 1958, fonds de la photothèque du Musée-Château de la ville d'Annecy.

L'entreprise Métrix, 1958

Conditions d'utilisation : Si vous souhaitez utiliser cette photo, merci de contacter les Musées d'Annecy.

Dans les années d'après-guerre, la marque Métrix s'impose en France, en Europe et ailleurs ; Métrix, c'est la référence dans le domaine de la mesure électrique.

L'usine de la Compagnie Générale de Métrologie d'Annecy (METRIX), chemin de la Croix Rouge (Seynod), produit des appareils de mesure pour l'industrie électrique mais aussi pour l'électronique industrielle et la radioélectricité. Née en 1936 d'un atelier artisanal, l'entreprise s'agrandit et emploie vers 1944 30 salariés. En 1947, elle devient une usine de type moderne (architecte Ernest Neyrinck), en pleine expansion dans les années 1950, grâce à son créateur Georges Friedrichs. En 1956, un carnet de commandes de plus en plus rempli conduit celui-ci à agrandir le bâtiment principal qui est rehaussé d'un troisième étage (cf photo). D'autres agrandissements suivront. En 1963, le groupe américain ITT (International, Télégraph and Téléphone) achète l'entreprise qui continue de prospérer. En 1990, Métrix se situe au premier rang des producteurs européens de multimètres analogiques et digitaux. En 1994, ITT décide de se séparer de Métrix et c'est la holding GMME (Générale de Mesures et Maintenance Electronique) qui se porte acquéreur.  En 1997 c'est le groupe Chauvin-Arnaux qui prend la direction et finit par délocaliser la production en Normandie, gardant un bureau d'études et de recherche ainsi que le service après-vente sur le site des Glaisins d'Annecy-le-Vieux. Quant à l'immeuble tant admiré du chemin de la Croix Rouge, il est laissé à l'abandon puis démoli. Le terrain décontaminé laisse alors la place à des immeubles.

Source : Georges Friedrichs, l'aventure Metrix de Michel Amoudry et Raymond Gaillard, les Cahiers des mardis du Vieil Annecy.